You are currently viewing 348. PASSES-TU PAR UN MOMENT DE SÉCHERESSE ?
  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:MEDITATIONS
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Temps de lecture :4 min de lecture

348. PASSES-TU PAR UN MOMENT DE SÉCHERESSE ?

Ezéchiel 37.11 – Nos os sont desséchés, notre espérance est détruite, nous sommes perdus !

C’est le cri de la maison d’Israël et c’est peut-être le nôtre aussi aujourd’hui. Nous passons en effet tous par des temps où tout semble desséché. Notre cœur est sec, notre vision, notre espérance est détruite, nous sommes découragés, à terre et nous avons l’impression que c’est fini pour nous. N’êtes-vous jamais passé par des périodes comme cela ? Si aujourd’hui tu passes par un temps de sécheresse comme celui-là j’ai un message pour toi.

Quand l’automne s’est bien installée et que l’hiver suivra, il nous faudra nous chauffer et pour cela, certains, qui ont une cheminée sortiront le bois qui est à l’abri et le mettront dans la cheminée. Ce bois était au départ un arbre verdoyant, plein de force et s’élevant vers le ciel. Puis, le bûcheron est venu le couper : ce bois a été mis quelque part dans un endroit protégé. Au fil des mois, voire des années, il a séché. C’est seulement quand le bois est complètement sec qu’il peut enfin être utilisé. Il s’embrase et ses flammes diffusent la chaleur.

Notre vie ressemble parfois à cela. Nous sommes plein de force, verdoyant et nous nous élevons vers le ciel. Et, pour toutes sortes de raison, nous voilà cassés, brisés en mille morceaux. Nos rêves, notre vision, nos ambitions, notre espérance sont détruits. Le temps passe dessus et plus celui-ci avance, plus nous nous sentons secs à l’intérieur de nous. S’en est-il fini ?

Vous l’aurez compris, rien n’est fini et au contraire, ce n’est peut-être en fait que le début. Le cœur de l’homme est tortueux plus que tout et celui-ci a besoin d’être épuré de ses mauvaises ambitions, de ses illusions sur lui-même, de tout ce qui empêche l’action de Dieu en lui. C’est ainsi qu’à l’image de l’arbre, nous voilà « coupés » et mis dans un endroit, protégé de Dieu, mais où progressivement, au fil des mois, même parfois années, nous allons devenir secs.

Nous avions pourtant déposé pleins de choses sur l’autel. Cela pouvait être notre profession, notre argent, notre temps… Mais là, c’est autre chose qui doit être placé sur l’autel, c’est notre moi. Oui, notre personne toute entière. Quand ce temps de séchage est à son comble, il est temps pour nous de monter sur cet autel et d’attendre que le feu de Dieu vienne inonder notre cœur de son amour, de sa présence, de sa sainteté, de tout ce qui est Dieu.

Les apôtres ont dû attendre un moment dans la chambre haute pour recevoir la promesse, ce feu venant du ciel et embrasant leur cœur d’une passion pour Dieu. Cependant, au temps marqué par Dieu, la promesse s’est accomplie. C’est peut-être le temps pour toi de déposer ton offrande : ta vie entière sur l’autel et de dire à Dieu : « Seigneur envoie ton feu et viens transformer ma vie ». Son feu viendra embraser ton cœur, tu seras transformé et la chaleur et la force qui se dégageront de ta vie se répandra partout où tu iras.

Bonne réflexion.

Pasteur Corinne – Centre Apostolique EZ37M – Copyright Septembre 2015 © Tous droits réservés.

N'hésitez pas à vous abonner pour recevoir toutes nos nouvelles publications directement dans votre boîte mail.

Nous ne spammons pas !

Laisser un commentaire